Fin des années 70, début des années 80, les writers new-yorkais sont nombreux à peindre les métros new-yorkais. Tous se connaissent, s’estiment ou se mésestiment au jeu des amitiés et des inimitiés de ce qui restera un petit microcosme. Certains tentent la transition vers le monde des galeries, d’autres se font arrêter par le vandal squad, la plupart se feront connaitre des services de police ou du grand public, sauf un : Chris 217.

Chris217-amine-bouziane-netfeeders

De ses débuts au milieu des années 70 jusqu’à son arrêt temporaire en 1981, aucun graffeur ne l’a jamais croisé. Sa productivité, son débit et son style sont déconcertants et finissent par irriter toute la communauté des graffeurs new-yorkais et le Vandal Squad. Il était parti comme il était arrivé. De nulle part et sans fracas, sans se faire arrêter, sans jamais croiser d’autres graffeurs et sans jamais tenter de transition dans le monde de l’art.

Chris217-netfeeders-graffiti-artist-never-arrested-amine-bouziane

Chris Warwick, plus connu, sous son alias Chris 217, et ses tags au style simple et efficace, adepte de la philosophie de Taki183 et du tag instantané et lisible de suite, s’était rendu célèbre par son débit et sa prolifique productivité, notamment sur la ligne 1 et l’usage de plusieurs pseudos dont Devlin. Au cours de l’année dernière, son tag est réapparu un peu partout à New-York, sans que l’on sache vraiment si il s’agissait de la même personne.

C217-netfeeders-graffiti-amine-bouziane

 

Depuis quelques mois, son activité s’est intensifiée sur les intérieurs et les extérieurs, notamment ceux de la ligne 6, au marqueur rouge. Ces exactions remonteraient au 28 décembre 2015. Début avril de cette année, il se serait attaqué au mur de la gare principale de New York, Grand Central, à des boitiers électriques et une voiture de police. Il se serait rendu dimanche dernier pour faire face aux charges que la police a accumulées ces derniers mois. Si dernièrement il s’est fait connaitre du monde du graffiti en se montrant à des évènements du mouvement et notamment à celui du Hall Of Fame de Harlem, il a levé toute ambiguité sur son anonymat en se faisant arrêté, il y a quelques jours.

Bravo l’artiste pour avoir été pendant plus de quarante ans, l’un des secret les mieux gardés de la culture Graffiti.

C217-graffiti-amine-bouziane-netfeeders

tag-c217-netfeeders-amine-bouzianec217-tag-metro-netfeeders-amine-bouzianeC217-amine-bouziane-tag-graffiti-metro-netfeeders-amine-bouziane

netfeeders-amine-bouziane-tag-new-york-metro-amine-bouziane

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.